Les associations de légumes dans un potager en permaculture

 

La nature est bien faite. La nature n’a pas attendu l’homme pour s’auto réguler et s’auto suffir. Jardiner en permaculture, c’est imiter la nature, et créer un écosystème harmonieux et auto-suffisant.

Dans cet articles nous allons parler des associations de cultures. Un sujet qui revient souvent et qui suscite pas mal d’interrogation.

Permaculture-association-legumes-potager

C’est quoi une association de culture au potager

Associer des cultures, c’est cultiver plusieurs plantes différentes au même endroit et en même temps. On distingue deux types d’associations :

  • Les allélopathiques : la croissance des plantes ont des impacts sur leurs voisines. Que ce soit positif ou négatif, on peut donc profiter de ce phénomène pour améliorer les récoltes.
  • « dans le temps et dans l’espace» : toutes les plantes ne poussent pas au même rythme et n’utilisent pas la même surface dans le sol ou hors sol. Bien choisir ces associations c’est tirer en tirer parti.

Exemples d’associations de culture

Association culture legume potager permaculture

Voici quelques suggestions d’associations de culture au potager pour vous inspirer. Vous pouvez vous inspirer d’ouvrages spécialisés « Le poireau préfère les fraises » ou « Les bonnes associations au potager »

– Radis — carottes — haricots grimpants : si vos supports de cultures sont orientées Est-Ouest, profitez du microclimat ombragé provoqué par les haricots grimpants pour cultiver des radis et carottes au nord des haricots.

– Choux — Carottes : sur une planche de 80 cm de large, une rangée de choux au milieu, et 3 rangs de carottes de chaque côté. Les deux on besoin de beaucoup d’eau au début : les carottes pour germer, les choux pour bien pousser, mais aussi pour lutter contre les altises.

– Choux — laitues : au printemps et en été, après avoir planté des laitues tous les 30 cm, plantez un chou tous les 90 cm sur la ligne centrale. Les choux sont lents à prendre de la place, et les laitues rapides à être récoltées. Après la récolte des laitues, ajoutez un gros paillage pour le reste de la croissance des choux.

– Au pied des « grandes plantes » (tomates, poivrons ou aubergines), occupez l’espace avec des plus petites : laitues, betteraves, radis, carottes…

– Invitez les vivaces comme l’oignon ciboule Ishikura un peu partout au jardin. En le coupant au ras du sol plutôt que de l’arracher, il repoussera pendant des années, quelle que soit la culture suivante (et passera même à travers un épais paillage).

-La Milpa, ou « les 3 sœurs » est pratiquée depuis très longtemps en Amérique Centrale, où le maïs est associé aux haricots grimpants et aux courges. Le maïs sert de tuteurs aux haricots. Les haricots (légumineuses) captent l’azote de l’air et le stockent dans des nodosités au niveau des racines. Les courges font couvre-sol et limitent ainsi la prolifération d’adventices. Et le couple haricots-maïs fait de l’ombre aux courges qui supportent mal le plein soleil en été. Bref, un parfait exemple d’association !

-Basilic — Tomates : on voit souvent le basilic au pied de tomates. Et c’est vrai que ça se passe bien entre eux. Mais est-ce pour favoriser mutuellement ces plantes, ou bien parce qu’en cuisine elles s’assemblent plutôt bien et qu’on a simplement envie de les récolter en même temps ? À vous de vous faire votre idée sur la question ?

Comment créer vos associations de légumes ?

Association legume potager culture permaculture

Tous ces exemples ne vous conviennent peut-être pas. Alors, pourquoi ne pas créer vos propres associations. Comment ? En tenant compte de pas mal de paramètres, et en faisant des essais.

Le paramètre principal est la taille de la plante, ou l’étage dans lequel elle se trouve. Un peu comme dans un mini jardin-forêt. Les radis sont à l’étage du bas, et les tomates occupent les étages supérieurs. Mais la vitesse de croissance est importante aussi : au pied des courgettes, il y a beaucoup de place lors de la plantation. Mais en quelques semaines, la courgette recouvre toutes les cultures qu’on aurait pu implanter autour d’elle.

Les essais restent importants, surtout pour apprendre d’éventuels effets indésirables de certains voisinages. Chez moi, les aubergines n’ont pas apprécié la roquette plantée à leurs pieds.

Les associations de cultures sont passionnantes, aussi bien en maraîchage qu’en grande culture ou au verger. Elles donnent lieu à de multiples essais un peu partout, alors n’hésitez pas à partager les vôtres — bonnes ou mauvaises — dans les commentaires tout en bas.

Mon Voisin Jardinier est un Réseau Social pour passionnés de jardinage et locavore. Il permet de partager en communauté son expérience, échanger des graines, vendre ou acheter ses légumes entre particuliers. Plus vous êtes contributeur au sein de la communauté plus vous accumulez des « noisettes » autrement dit des points virtuels convertibles en avantages chez nos partenaires. Vous êtes un fan de jardinage ? Créez votre compte gratuitement dès maintenant ou connectez-vous pour interagir avec votre communauté.